• Accueil
  • > Les aventuriers de l’aventure
( 12 février, 2013 )

Les aventuriers de l’aventure

Les aventuriers de l'aventure photo-padina4-249x300Padina Pavonica :

Petite-fille de sorcière, élevée dans une bibliothèque et nourrie exclusivement de soupe à l’alphabet jusqu’à l’âge de 11 ans, elle obtient son brevet de raconteuse en 1998. D’abord poète nomade puis couturière de genre humain, elle s’exprime  sur les planches, avant de se lancer dans la commercialisation de potions magiques. Elle passe son permis de chasseuse d’histoires en 2006 et trouve alors sa véritable vocation. Soutenue par une paire de jambes robustes, elle parcourt plus de 15 000 fois le tour de son monde et n’en est toujours pas revenue.

 

Corentin le brave :

Né à la saint-amour en 2006, Corentin, le brave, est un inépuisable compteur de pas. Dresseur de Yochis, passeur de mondes sur écrans de petite ou grande taille, il explose les méchants avec un immense courage et quelques décibels. Rapide comme l’éclair, il ne se courbe que sur les tatamis. Intrépide et ingénieux, il a capturé tous les monstres planqués sous son lit en les appatant avec des saucisses en pâte à modeler. Les soirs de pleine lune, il se transforme en chat-garou et ronronne en mangeant des bonbons. Il ne chante qu’en tapant du pied, ce qui lui permet d’arpenter chaque jour tous les chemins qui mènent au royaume de l’imaginaire.187942732.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-xxyxx2-300x217

Publié dans par
Commentaires (2)

2 Commentaires à “ Les aventuriers de l’aventure ” »

  1. lulu dit :

    Quelle aventure mon petit Corentin avec Maman ! Tu en auras des choses à raconter et des souvenirs plein la tête ! Gros bisous

  2. Erwan Porz-Even dit :

    Once Upon A Time,
    Erase Una Vez,
    μια φορά κι έναν καιρό,
    Uair amháin ar a am,

    Tiens mais comment le dit-on en breton ?
    Voyons voyons…
    Ah voilà :
    Ur wech, ne voe na mar na marteze,
    Na bremañ n’ez eus ivez.
    Narn !

    Mais s’il vous plait ne me demandez pas de le dire, pas encore…

    Par contre laissez-moi vous conter l’histoire
    d’une rencontre en trois croisements.
    Trois pour l’instant…

    C’était au début du mois de juillet
    et un drôle de type débarque en début d’soirée dans le jardin qui jouxte un atelier d’artiste avec un engin bruyant afin de faire herbe rase de l’herbe qui y règne en végétale maitresse.
    S’il avait mis son casque et si la débroussailleuse avait été plus légère y aurait eu un coté Dark Vador dans ce combat.
    Lui la barbe en bataille (pas débroussaillée depuis longtemps) se trouve alors confronté
    à une situation imprévue :
    une tente est plantée là et à coté un jeune garçon et sa mère. Il va falloir être prudent.
    Et l’Ours Bleu (c’est son surnom Ars Glaz)
    après avoir invité les voyageurs du monde d’a coté à se mettre à l’abri des brindilles se lance dans sa mission avec la grâce d’un buldozer qui cherche à éviter une toute petite maison entre les immeubles qu’il doit raser.

    Mais il est tard un bonsoir :
    un STO KALO (bon voyage grec cela doit venir de là la couleur bleue) et Kenavo…

    Coup de tél pour Ars Glaz :
    « Erwan que fais-tu ce soir ?
    Je dois faire des galettes pour un groupe
    et j’ai besoin d’un coup d’main. »

    C’est Marie-Line à la Maison des Sources
    (lieu magique à Tréhorenteuc.Je vous le conseille)
    Et voilà notre Ours qui ni une ni deux
    remonte de Dinard à Tréhorenteuc pour donner
    son coup d’patte.
    « Tiens je les ai déjà vu ces deux là »
    Car ils sont là Corentin et Padina…
    Un peu plus de temps cette fois là.
    Entre la galette et la mousse
    caramel au beurre salé on fait un peu plus connaissance et l’Ours Bleu découvre l’imagination
    fertile et riche de symbole de Corentin.
    On échange les coordonnées et sur une prochaine étape une p’tite balade à dos de ponette se dessine.

    Cette fois c’est bon… Retour à la tente.
    « Bon voyage ! »
    Ars Glaz reprend le fil de sa vie et son régime
    mélifère. Il faut profiter de l’été pour faire des travaux et un ami s’est proposé de l’aider pour faire une salle d’eau :
    « Euh…
    Est-ce que je sents mauvais snif snif
    Ben non ça peut aller… pour un ours »

    Le téléphone sonne
    mais ce n’est pas celui de l’Ours
    « Ah c’est amusant quelqu’un qui doit débarquer
    chez Alan un ami commun à Dahouët
    (Port de Pléneuf-Val André
    Mais ce n’est pas possible.
    Un tour de Bretagne à deux avec une remorque…
    Que le monde est petit ! »

    Car vous l’avez compris
    c’est Corentin et Padina qui passe aussi par là.
    S’ils ne se croisent pas cette fois là
    ce sera pour une autre fois. Peut-être…

    Il était une fois un Ours Bleu qui aimait raconter des histoires… avec le Miel de la Vie.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

   »
|